EDITO. UNE DÉCISION HISTORIQUE

Il aura fallu cinquante ans pour que la blessure infligée par Louis Pradel se referme. Dans les années soixante-dix, le maire-bâtisseur, fasciné par les mégalopoles américaines, avait décidé de faire traverser le centre-ville de Lyon par « l’Autoroute du Soleil ». Il faudra attendre 2030 pour que cette verrue hideuse défigurant notre ville ne soit plus qu’un mauvais souvenir. Gérard Collomb a raison lorsqu’il qualifie « d’historique » la décision de déclasser l’autoroute A6/A7 entre Limonest et Pierre-Bénite. Cela va permettre aux Lyonnais de se réapproprier davantage le centre-ville. Mais surtout, cela va changer radicalement l’image de la ville auprès de la population des estivants français et européens. Désormais, Lyon ne sera plus cette étape embouteillée sur la route du Sud, mais la grande cité que l’on fera un crochet pour visiter. On flânera sur les berges libérées, ce qui renforcera encore l’attractivité de la ville et donc sa capacité à attirer des talents et de la richesse. C’est une décision majeure dont on peine encore à mesurer les conséquences. Faut-il être pragmatique ou rester droit dans les bottes de ses principes ? En politique, la question se pose souvent. Elle revient avec une acuité toute particulière en ce qui concerne la subvention d’un million d’euros, votée la semaine dernière par la Ville de Lyon, pour l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM), qui sera érigé près de la grande mosquée de Lyon. S’agira-t-il d’un institut culturel, quasiment muséal, ou bien d’un établissement pratiquant le prosélytisme religieux sous une forme ou une autre ? À défaut d’être entièrement d’accord avec Laurent Wauquiez, qui a décidé abruptement de refuser d’honorer les engagements de son prédécesseur au Conseil régional (1 million d’euros de subventions envolées), il me semble que nous aurions pu réclamer des garanties fortes concernant la gouvernance de cet établissement, avant de faire à ses géniteurs un copieux chèque. Certes, une caution scientifique a été apportée par les initiateurs du projet, mais il conviendrait de connaître très exactement toutes les sources de financement avant de s’engager dans ce qui peut être un superbe projet culturel, ou bien le faux-nez de puissances étrangères qui ne se distinguent pas franchement par leur combat pour la liberté d’expression et de culte.
** Olivier Chassignole **
 
 
18 Juillet 2016

IFCM : les identitaires perturbent le défilé du 14 juillet à Lyon

Alors qu’une dizaine de formations militaires défilaient sur le cours Franklin Roosevelt à Lyon, à l’occasion du 14 juillet, des membres de Génération Identitaire ont perturbé la cérémonie.

Ces individus ont notamment déployé une banderole sur un bâtiment du 6e arrondissement, pour dénoncer l’enveloppe de 2 millions d’euros, accordés par la Ville de Lyon et la Métropole de Lyon, pour le financement de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM).

Selon nos informations, des tracts ont également été jetés à destination du maire de Lyon, Gérard Collomb, qui assistait au défilé aux côtés du Préfet du Rhône, Michel Delpuech, et du gouverneur militaire, Pierre Chavancy.

Ce n’est pas la première fois que les identitaires montrent leur opposition au financement de l’IFCM. Lundi dernier, une quinzaine de membres de Génération identitaire sont venus perturber les débats du conseil de la Métropole de Lyon.

 
 
 
13 Juillet 2016

Le projet de l’IFCM « n’est plus celui des musulmans, mais celui de tous les Lyonnais »

Après les votes voire les refus des collectivités locales sur le financement de l’IFCM, Kamel Kabtane a tenu à remercier Gérard Collomb.

Dans un communiqué, le recteur de la Grande mosquée de Lyon, président du futur Institut français de civilisation musulmane, salue une « décision courageuse » du sénateur-maire, qui a engagé 1 million d’euros via la Ville de Lyon, et la même somme avec la Métropole.
« Les élus (…) n’ont pas hésité à braver les interdits pour écrire une nouvelle page d’histoire, qui les honore et qui honore le pays des droits de l’homme », poursuit Kamel Kabtane.

« Nos élus n’ont fait qu’apporter au débat une nouvelle dimension, le sentiment que notre projet devenait non plus celui des musulmans, mais celui de tous les Lyonnais », rajoute le représentant des musulmans de Lyon.

« C’est avec des projets comme celui que la ville et la Métropole de Lyon viennent de construire avec les Français de culture musulmane, qu’un jour les musulmans pourront dire eux aussi : « Heureux comme un musulman en France » et ils sauront alors à qui le devoir », conclut-il.

Les travaux de l’IFCM ont débuté, à proximité de la Grande mosquée de Lyon. En plus de la Ville et de la Métropole (le Département et la Région se sont retirés), l’Etat versera un million d’euros. Des entreprises privées soutiendront le projet pour 600 000 euros. Et l’Algérie et l’Arabie Saoudite doivent injecter 1 million d’euros dans un projet qui se chiffre au total à 6,6 millions d’euros.

 
 
 
13 Juillet 2016

Institut de civilisation musulmane de Lyon : Kabtane remercie Collomb

Après le vote d’une subvention d’un million d’euros la semaine dernière par la ville de Lyon (lire ici) en faveur de l’Institut français de civilisation musulmane puis d’un autre million d’euros ce lundi par la Métropole (lire ici), Kamel Kabtane a tenu à remercier Gérard Collomb dans un communiqué.

Faille de sécurité ? Ces militants de Rebeyne, branche lyonnaise de Génération identitaire sont entrés facilement dans le conseil, on ne sait comment. Ils ont interrompu le discours de Gérard Collomb, en scandant « Non non non à l’islamisation » ou bien « IFCM, Collomb complice » avec un mégaphone. Brandissant une banderole « ICFM+Collomb = islamisation subventionnée », ils ont lancé leur tracts sur les élus.

Un communiqué de Rebeyne, datant du 27 juin, évoque une « subvention scandaleuse qui participe à l’islamisation de notre société » et dénonce « l’installation de l’islam sur notre sol ». Lors du conseil municipal de la semaine dernière, Rebeyne avait déjà tenté d’interpeller les élus en face de l’Hôtel de Ville. Ils ont finalement été expulsés au bout de quelques minutes et les débats sur ce projet contesté ont pu reprendre.

Le conseil municipal avait confirmé lundi 4 juillet l’attribution d’un million d’euros pour le financement de l’Institut, c’est au tour de la métropole de se prononcer pour la même subvention d’investissement d’un million.

Débat autour de la restructuration de la gouvernance et du financement
Lors de ce conseil métropolitain, Gérard Collomb est revenu sur des points problématiques, tels que « l’interrogation légitime » sur la gouvernance du futur Institut de Civilisation Musulmane. En réponse, il a annoncé la constitution d’un double collège dans l’association. Les onze membres seront encadrés par les pouvoirs publics : trois personnes issus la Ville de Lyon, trois de la Métropole ainsi que deux universitaires et trois personnalités. Le conseil d’administration avec Kamel Kabtane comme président serait complété d’un conseil d’orientation et de surveillance qui aurait un « droit de regard », garantissant qu’il n’y ai « aucune dérive » dans le projet de l’Institut.

Cette restructuration de la gouvernance n’existait pas encore lundi dernier lors du vote par le conseil municipal de Lyon, de quoi interroger Philippe Cochet du groupe des Républicains : « on peut s’interroger sur la multiplication de ces instances qui étaient inconnues jusqu’alors et qui restent confuses dans leurs attributions respectives ».

La seconde interrogation majeure portant sur le financement de cet édifice culturel, Gérard Collomb a reprécisé que sur les 6,60 millions d’euros, « seulement un million provient de financements étrangers ». Pour Philippe Cochet, « le problème n’est pas le principe d’un financement étranger mais bien de qui finance et avec quelles attentes ? ».

 
 
 
13 Juillet 2016

IFCM : un groupe d’identitaires interrompt le conseil de la Métropole

Tandis que le débat s’ouvrait sur le vote d’une subvention pour le centre culturel musulman, une quinzaine de jeunes se sont introduits vers 20h35 dans la partie du public du conseil de la Métropole.

Faille de sécurité ? Ces militants de Rebeyne, branche lyonnaise de Génération identitaire sont entrés facilement dans le conseil, on ne sait comment. Ils ont interrompu le discours de Gérard Collomb, en scandant « Non non non à l’islamisation » ou bien « IFCM, Collomb complice » avec un mégaphone. Brandissant une banderole « ICFM+Collomb = islamisation subventionnée », ils ont lancé leur tracts sur les élus.

Un communiqué de Rebeyne, datant du 27 juin, évoque une « subvention scandaleuse qui participe à l’islamisation de notre société » et dénonce « l’installation de l’islam sur notre sol ». Lors du conseil municipal de la semaine dernière, Rebeyne avait déjà tenté d’interpeller les élus en face de l’Hôtel de Ville. Ils ont finalement été expulsés au bout de quelques minutes et les débats sur ce projet contesté ont pu reprendre.

Le conseil municipal avait confirmé lundi 4 juillet l’attribution d’un million d’euros pour le financement de l’Institut, c’est au tour de la métropole de se prononcer pour la même subvention d’investissement d’un million.

Débat autour de la restructuration de la gouvernance et du financement
Lors de ce conseil métropolitain, Gérard Collomb est revenu sur des points problématiques, tels que « l’interrogation légitime » sur la gouvernance du futur Institut de Civilisation Musulmane. En réponse, il a annoncé la constitution d’un double collège dans l’association. Les onze membres seront encadrés par les pouvoirs publics : trois personnes issus la Ville de Lyon, trois de la Métropole ainsi que deux universitaires et trois personnalités. Le conseil d’administration avec Kamel Kabtane comme président serait complété d’un conseil d’orientation et de surveillance qui aurait un « droit de regard », garantissant qu’il n’y ai « aucune dérive » dans le projet de l’Institut.

Cette restructuration de la gouvernance n’existait pas encore lundi dernier lors du vote par le conseil municipal de Lyon, de quoi interroger Philippe Cochet du groupe des Républicains : « on peut s’interroger sur la multiplication de ces instances qui étaient inconnues jusqu’alors et qui restent confuses dans leurs attributions respectives ».

La seconde interrogation majeure portant sur le financement de cet édifice culturel, Gérard Collomb a reprécisé que sur les 6,60 millions d’euros, « seulement un million provient de financements étrangers ». Pour Philippe Cochet, « le problème n’est pas le principe d’un financement étranger mais bien de qui finance et avec quelles attentes ? ».

 
 
 
12 Juillet 2016

Institut musulman : Collomb revoit sa copie, la subvention de 1M€ est votée

Gérard Collomb savait la partie serrée. Il y a une semaine, au conseil municipal, son opposition avait fustigé le « manque de transparence » qui entourait l’octroi d’une subvention d’1 million d’€ pour la construction de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM), à Lyon. Elle dénonçait notamment la présence de cofinanceurs étrangers et le « flou » de la gouvernance du futur centre culturel.

Hier, c’était au tour des élus de la Métropole de se prononcer sur une subvention équivalente. Et pour convaincre sa majorité plurielle et notamment les centristes du groupe Synergies, Collomb a soigneusement déminé ce dossier explosif. Avec succès : 115 élus ont voté pour, 43 se sont abstenus mais pas un n’a voté contre hier soir, alors qu’au conseil municipal, les voix des Républicains, des centristes de l’UDI et du FN étaient contre, à de rares exceptions près.

Interrompu pendant quelques minutes par une quinzaine d’Identitaires qui ont réussi à pénétrer dans l’enceinte du conseil en scandant « non à l’islamisation », le président de la Métropole a redit son soutien au projet d’IFCM, avant de présenter un amendement censé répondre « à des questions qui peuvent être légitimes ». Ainsi, sur la gouvernance, il a précisé la composition du futur conseil d’administration de l’IFCM présidé par Kamel Kabtane, le recteur de la Grande mosquée : « 11 membres de l’association IFCM et 11 membres institutionnels dont 3 représentant la ville de Lyon, 3 la Métropole, 2 l’Université de Lyon qui en coopteront 3 autres, des personnalités qualifiées. » Mais la véritable nouveauté par rapport au conseil municipal de Lyon, c’est l’annonce de la création d’un conseil d’orientation et de stratégie qui comprendra, outre les 23 membres du conseil d’administration, des représentants de l’Etat, issus des ministères de l’Intérieur, de l’Education nationale et de la Culture. Il aura « un droit de regard sur les orientations et sur les embauches » du futur IFCM. « On répond aux questions de ceux qui s’interrogeaient sur d’éventuels glissements. Les pouvoirs publics sont là pour garantir qu’il n’y aura aucune dérive ». La majorité des groupes du conseil métropolitain ont salué ce qu’ils estiment être une clarification nécessaire, même si l’UDI a souligné : « Vous avez fait évoluer le dossier sous la contrainte, sinon vous n’auriez pas de majorité sur ce projet ».

Gérard Collomb a aussi précisé qui financera les 6,6 millions de travaux de l’IFCM : l’Etat, la Ville de Lyon et la Métropole contribueront à hauteur de 3 millions d’€; l’association IFCM versera 2 millions issus de ses ressources propres ; des « entrepreneurs lyonnais » mettront 600 000 € et des « financeurs étrangers » – l’Algérie et l’Arabie Saoudite- donneront le million restant. Cette dernière participation « gêne » encore nombre d’élus métropolitains. Mais plusieurs groupes de gauche et du centre estiment que si Laurent Wauquiez, le nouveau président de la Région, avait honoré les engagements de son prédécesseur en subvention le projet, l’IFCM n’aurait pas eu besoin de capitaux étrangers.

 
 
 
12 Juillet 2016

Institut musulman : Mgr Barbarin soutient le projet avant le vote de la Métropole

Le conseil métropolitain qui se réunit ce lundi doit se prononcer sur l’attribution d’une subvention d’investissement pour le centre culturel.

Après l’Etat et la Ville de Lyon, la Métropole va-t-elle à son tour débloquer un million d’euros pour la construction de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM) ? Le conseil métropolitain qui se réunit aujourd’hui, se prononcera sur l’attribution d’une subvention d’investissement pour le centre culturel qui jouxtera la Grande mosquée, dans le 8e arrondissement. Mais le contexte est délicat pour Gérard Collomb.

Un projet qui fait débat
La semaine dernière au conseil municipal, le débat pour l’attribution de la même subvention avait été particulièrement vif, l’opposition dénonçant la présence de l’Algérie et de l’Arabie Saoudite parmi les autres financeurs et le « flou » sur la future gouvernance de l’IFCM. Pour faire voter la participation d’un million d’euros aujourd’hui à la Métropole, Gérard Collomb devrait apporter des garanties sur le financement et la gouvernance de l’IFCM pour convaincre sa majorité, plus diverse qu’à la Ville.

Et hier, à la veille du vote, c’est Mgr Barbarin « interpellé par Kamel Kabtane [ndlr. recteur de la Grande Mosquée] » qui a apporté son « soutien » à l’IFCM, dans un communiqué. « De même qu’existent aujourd’hui l’ECCLY (Espace culturel du christianisme à Lyon) et l’Espace Hillel (consacré à la culture juive) lancés avec le soutien du Grand Lyon, il nous paraît juste qu’un lieu de présentation, d’études et de débats permettant de découvrir les apports de la culture musulmane, puisse fédérer de larges soutiens », estime l’archevêque de Lyon qui cosigne le texte avec Etienne Tissot, le président du Conseil de consistoire de l’église protestante unie.

« Depuis plus d’un demi-siècle, les principaux acteurs de la vie publique lyonnaise, très attachés à une juste conception de la laïcité, portent le souci d’une heureuse entente entre les différentes confessions. Cette concorde ne doit jamais craindre de voir progresser la culture, condition indispensable de la paix ».

 
 
 
11 Juillet 2016

LAURENT WAUQUIEZ REFUSE DE FINANCER L’INSTITUT FRANÇAIS DE CIVILISATION MUSULMANE DE KAMEL KABTANE

Le projet de l’institut français de civilisation musulmane à Lyon porté par Kamel Kabtane est mis à mal par Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhônes-Alpes, rompt avec la promesse de son prédécesseur socialiste concernant la participation au financement d’un institut français de civilisation musulmane à Lyon.

La cause ? Le centre, dont le budget prévisionnel est fixé à 8,8 millions, selon Le Monde, bénéficiera en partie de fond en provenance d’Algérie et d’Arabie Saoudite.

D’après le quotidien français, les deux pays devraient participer à hauteur de « 2 millions d’euros chacun » alors que la région devait apporter une subvention d’un million d’euros. Les travaux, que le recteur compte mener à terme, ont déjà commencé pour ajouter une « salle d’exposition, une médiathèque et deux laboratoires de langues », à proximité de la grande mosquée de Lyon située dans le 8e arrondissement de la ville.

Laurent Wauquiez, élu en décembre 2015, incarne une partie de la droite dure au sein des Républicains. Il a d’ailleurs prononcé un discours « très patriotique », souligne Public Sénat. « Quand allons-nous cesser d’accepter que l’Algérie ou des pays du Golfe viennent ici tisser leurs réseaux à l’ombre de nos mosquées ? Quand allons-nous ouvrir les yeux ? C’est la France et ils n’ont rien à faire ici ! », a-t-il déclaré hier, lors du Conseil national des Républicains à Paris.
Son discours, bien accueilli par l’audience portait également sur l’intégration des étrangers et le laxisme face à la délinquance. « Les Français aspirent plus que jamais à trouver des repères (…) Un pays dans lequel on arrête d’excuser les délinquants, un pays dans lequel c’est à l’étranger de s’adapter à la République et non à la République de s’adapter aux étrangers. Ces valeurs, ce sont celles dont la France a besoin », a ajouté l’homme politique.
S. Chabert

 
 
 
3 Juillet 2016

Wauquiez ne financera pas l’institut de civilisation musulmane de Lyon

Le président du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé qu’il ne subventionnerait pas la construction de l’Institut français de civilisation musulmane.

Laurent Wauquiez a annoncé son refus de financer l’Institut français de civilisation musulmane de Lyon. Il a annoncé sa décision au recteur de la grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, le 22 juin dernier, dans un courrier que s’est procuré l’AFP. “L’Institut français de civilisation musulmane s’inscrit dans la nécessité d’asseoir l’islam de France dans une République apaisée, éclairée, assise sur les valeurs qui l’ont construite et ouverte sur d’autres cultures”, explique le numéro deux du parti Les Républicains qui ne souhaite pas financer le lieu à côté de l’Algérie et de l’Arabie Saoudite qui apporteront 2 millions d’euros chacune sur les 8,8 millions d’euros du projet.Mais, dans “cet espace de la République, fragile et précieux, nous ne pouvons considérer que viennent s’immiscer de manière significative des États étrangers par le biais du financement de l’IFCM”, poursuit-il, avant de conclure ainsi : “Dans ce cadre, la région n’est pas en mesure de s’engager dans ce projet de financement.” Une décision en lien direct

Une décision “politique” selon Kamel Kabtane
Une décision à rebours de l’engagement de Jean-Jack Queyranne quand il était à la tête du conseil régional. Ce dernier avait annoncé qu’il apporterait un million d’euros, au même titre que l’État, la Ville de Lyon et la métropole.

Un changement qui n’a pas fait plaisir à Kamel Kabtane, lequel a annoncé avoir accueilli avec “amertume” cette “décision politique”. “On est en train de faire payer aux musulmans ce qui se passe en France et dans le monde”, regrette le recteur de la grande mosquée de Lyon.

L’Institut français de civilisation musulmane sera installé dans le 8e arrondissement, à côté de la grande mosquée de Lyon. Les travaux du bâtiment (2 700 m2) ont débuté en mai.

 
 
 
30 Juin 2016

Une subvention qui tombe à l’eau

Laurent WAUQUIEZ a indiqué qu’il renoncerait à la subvention d’un million d’euros prévue pour l’Institut Français de Civilisation Musulmane.
Une polémique, déjà, alors que l’Institut Français de Civilisation Musulmane est encore à l’état de projet. Jean-Jack QUEYRANNE, ex-président de Région, avait promis une subvention d’un million d’euros pour ce futur IFCM ; Laurent WAUQUIEZ, son successeur à la tête du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, est revenu sur cette décision, provoquant l’ire du recteur de la grande mosquée de Lyon, Kamel KABTANE. Cette décision n’empêchera toutefois pas le chantier de démarrer dans les prochains jours, alors que l’ouverture de l’établissement est prévue au début de l’année 2018.
 
 
 
30 Juin 2016