Institut de civilisation musulmane de Lyon : Kabtane remercie Collomb

Après le vote d’une subvention d’un million d’euros la semaine dernière par la ville de Lyon (lire ici) en faveur de l’Institut français de civilisation musulmane puis d’un autre million d’euros ce lundi par la Métropole (lire ici), Kamel Kabtane a tenu à remercier Gérard Collomb dans un communiqué.

Faille de sécurité ? Ces militants de Rebeyne, branche lyonnaise de Génération identitaire sont entrés facilement dans le conseil, on ne sait comment. Ils ont interrompu le discours de Gérard Collomb, en scandant « Non non non à l’islamisation » ou bien « IFCM, Collomb complice » avec un mégaphone. Brandissant une banderole « ICFM+Collomb = islamisation subventionnée », ils ont lancé leur tracts sur les élus.

Un communiqué de Rebeyne, datant du 27 juin, évoque une « subvention scandaleuse qui participe à l’islamisation de notre société » et dénonce « l’installation de l’islam sur notre sol ». Lors du conseil municipal de la semaine dernière, Rebeyne avait déjà tenté d’interpeller les élus en face de l’Hôtel de Ville. Ils ont finalement été expulsés au bout de quelques minutes et les débats sur ce projet contesté ont pu reprendre.

Le conseil municipal avait confirmé lundi 4 juillet l’attribution d’un million d’euros pour le financement de l’Institut, c’est au tour de la métropole de se prononcer pour la même subvention d’investissement d’un million.

Débat autour de la restructuration de la gouvernance et du financement
Lors de ce conseil métropolitain, Gérard Collomb est revenu sur des points problématiques, tels que « l’interrogation légitime » sur la gouvernance du futur Institut de Civilisation Musulmane. En réponse, il a annoncé la constitution d’un double collège dans l’association. Les onze membres seront encadrés par les pouvoirs publics : trois personnes issus la Ville de Lyon, trois de la Métropole ainsi que deux universitaires et trois personnalités. Le conseil d’administration avec Kamel Kabtane comme président serait complété d’un conseil d’orientation et de surveillance qui aurait un « droit de regard », garantissant qu’il n’y ai « aucune dérive » dans le projet de l’Institut.

Cette restructuration de la gouvernance n’existait pas encore lundi dernier lors du vote par le conseil municipal de Lyon, de quoi interroger Philippe Cochet du groupe des Républicains : « on peut s’interroger sur la multiplication de ces instances qui étaient inconnues jusqu’alors et qui restent confuses dans leurs attributions respectives ».

La seconde interrogation majeure portant sur le financement de cet édifice culturel, Gérard Collomb a reprécisé que sur les 6,60 millions d’euros, « seulement un million provient de financements étrangers ». Pour Philippe Cochet, « le problème n’est pas le principe d’un financement étranger mais bien de qui finance et avec quelles attentes ? ».

 
 
 
13 Juillet 2016
0 Users (0 votes)
Criterion 1
What people say... Commenter
Sort by:

Soyez le premier à laisser un commentaire.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Commenter